Méthode et applications

Le lidar topographique aéroporté est une technique courante utilisant un laser infrarouge balayant le paysage pour mesurer la distance entre l’avion et le sol et produire une représentation tri-dimensionnelle des paysages en haute définition.  Les instruments de dernière génération permettent de réaliser jusqu’à 500000 tirs laser par seconde depuis une altitude typique de 1000 m et de mesurer jusqu’à 20 points par m² au sol. La précision des points mesurés est inférieure à 10 cm verticalement et 20 cm horizontalement. La mesure laser permet en particulier de traverser partiellement la végétation pour caractériser le sol sous la canopée. Vu leur richesse, les données de lidar topographique aéeroporté sont de plus en plus couramment utilisées dans les domaines nécessitant une information précise sur la géométrie 3D paysages : aménagement, suivi environnemental, urbanisme, archéologie, sylviculture, risques naturels….

En utilisant un laser infra-rouge (1064 nm ou 1550 nm) fortement absorbé par l’eau, les lidars topographiques traditionnels sont aveugles sous l’eau. Un lidar topo-bathymetrique utilise en sus d’un laser infra-rouge, un laser vert (532 nm) permettant de pénétrer les surfaces immergées peu profondes, tout en mesurant par ailleurs la topographie. Les Universités de Nantes (OSUNA) et Rennes (OSUR) ont acquit le premier instrument de ce type en France en 2015: un Optech Titan DualWavelength (532 nm + 1064 nm), équipé d’un enregistreur du retour d’onde complet.

Pour plus de détails sur la méthode et ses applications, vous pouvez consulter les articles suivants (en cours de rédaction 😉